L'Apipoterie

L'apiculture et la céramique: mes deux liens à la terre .

Archive pour septembre, 2011

Le lierre est maintenant en fleurs

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les floraisons de fin d’été  ou de début d’automne sont très importantes ; elles permettent aux butineuses de ramener à leur ruche des provisions très utiles avant l’hiver .Elles complètent les provisions contenues dans le corps de la ruche (la récolte se fait exclusivement dans les hausses) .Le lierre fleurit , les températures sont élevées , humidité la nuit : PARFAIT !

Publicités

Un beau début d’automne , les abeilles profitent des fleurs tardives

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des apiculteurs professionnels manifestent à Paris leur inquiétude pour l’avenir des abeilles et de leur métier

RTL.FR

Les apiculteurs haussent le ton contre l’insecticide « Cruiser »

Créé le 14/09/2011 à 12h30

En bref – L’essentiel de l’info

Convoi exceptionnel! 400.000 abeilles sont de sortie aujourd’hui dans la capitale. Une attaque ? Non, une manifestation d’apiculteurs qui ont le bourdon, et sont venus en nombre à Paris avec leur ruche sous le bras pour demander l’interdiction d’un insecticide qui fait des ravages. Après le « Regent » et le « Gaucho », c’est au tour du « Cruiser » d’être dans la ligne de mire des éleveurs d’abeilles.

Dépêches Aujourd’hui à 17h57

Lassées des pesticides, les abeilles demandent « l’asile écologique » à Paris

 

« Les abeilles ont besoin de plantes mellifères, pas mortifères », renchérit un autre, qui en appelle aux « citoyens, citoyennes » venus prendre l’air et le soleil en cette après-midi ensoleillée dans le parc public. ( © AFP Jacques Demarthon)

 

PARIS (AFP) – Quelques milliers d’abeilles ont demandé symboliquement mercredi « l’asile écologique » au Jardin des Plantes, au cœur de Paris, apportées par leurs apiculteurs depuis leurs campagnes infestées par les pesticides.

« C’est le paradis ici! »: Matthieu, apiculteur de Bretagne en combinaison blanche et vareuse, dépose délicatement sa ruche entre les plans de sauges multicolores des plates-bandes, à l’entrée du célèbre havre de la biodiversité préservée dans la capitale.

Comme lui, plusieurs dizaines de collègues venus de l’Ouest et des Pyrénées-Orientales ont répondu à l’appel de la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP) pour cette « transhumance symbolique de la campagne vers la ville pour demander l’asile écologique pour leurs abeilles ».

D’autres militants, déguisés en costume jaune et noir, scandent: « Stop aux Cruiser, Gaucho et autres armes de destruction massives qui transforment nos campagnes en cimetière d’abeilles. »

« Les abeilles ont besoin de plantes mellifères, pas mortifères », renchérit un autre, qui en appelle aux « citoyens, citoyennes » venus prendre l’air et le soleil en cette après-midi ensoleillée dans le parc public.

Une étudiante en communication, médusée et enfumée par les outils des apiculteurs qui dégagent des volutes aux odeurs d’herbe, de lavande et de pin, s’écrie: « Oh, mais ça sent la campagne! »

« On est venu de Bretagne, de l’Ouest, d’autres des Pyrénées et on a voyagé toute la nuit », raconte Alain David, coprésident de la FFAP. « Après 15 années de combat contre les pesticides qui tuent nos abeilles, on n’est plus à quelques centaines de kilomètres près. »

La dernière autorisation de mise sur le marché d’un pesticide date de juin lorsque le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a donné son feu vert à la vente d’un nouveau Cruiser pour le traitement des semences de colza. Le produit commercialisé par le groupe suisse Syngenta contamine le pollen et contribue à la hausse de la mortalité continue des insectes pollinisateurs depuis plusieurs années, selon les militants.

Avant cela, les apiculteurs et écologistes avaient pourtant obtenu l’annulation par le Conseil d’Etat, en 2008 et 2009, de l’autorisation de commercialiser le Cruiser. Des demandes similaires ont été déposées pour les autorisations données en 2010 et 2011 pour le nouveau Cruiser 350, qui remplace le précédent devenu illégal.

« L’asile écologique » s’est finalement heurté à l’interdiction de manifester dans le parc public rappelé fermement par une gardienne pourtant compréhensive. « Nous aussi, on est pour la biodiversité, ici, au Jardin », lance-t-elle.

« On est venu à la ville symboliquement, mais on ne va pas s’installer avec 1,3 million d’abeilles dans les villes », explique Alain David aux gardes et aux passants, avant que les forces de l’ordre ne demandent aux militants de quitter les lieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Miel ou déconfiture

Un petit film à voir ..

http://www.terre.tv/fr/protection-de-lenvironnement/documentaire/1835_miel-ou-deconfiture-

Déjà la fin de l’été …

Voilà la fin de l’été, la rentrée des classes..pour nous c’est maintenant le début d’une période plus calme ..Encore du miel à mettre en pots , mais beaucoup moins de travail tout de même ! A la fin du mois , quelques jours de vacances loin d’ici de l’autre côté  de l’Atlantique ..MAIS la miellerie restera ouverte et nous serons présents sur le marché de Crest le samedi matin ..comme c’est le cas depuis des années …hormis quelques rares exceptions !

L’an dernier j’étais partie fin octobre au sud d’Agadir , pour y faire un peu de poterie …j’y ai découvert des paysages arides , pays des arganiers et des euphorbes résinifères .. .les euphorbes sont très mellifères , surtout après les pluies .

Les apiculteurs marocains transhument les ruches dans cette bande de terre , entre terre aride et océan ; j’y ai vu des ruchers énormes ..

Rucher au bord de l'océan Atlantique

Rucher au sud d'Agadir

 

Euphorbe résinifère

 

Gros plan sur une abeille butinant l’euphorbe.

%d blogueurs aiment cette page :